AccueilFilm › Que justice soit faite - Film (2010)

Que justice soit faite - Film (2010)

Que justice soit faite - Film (2010)

Que justice soit faite - Film (2010)

Film de F. Gary Gray Action, drame et thriller 1 h 48 min 22 décembre 2010

Dix ans après le meurtre de sa femme et sa fille, un homme se dresse contre le procureur en charge du procès des meurtriers, pour obtenir lui-même la justice. Sa vengeance menace tout aussi bien l'homme qui leur a accordé la clémence, que le système et la ville elle-même.

Informations du fichier


Seeds : 973
Leechs : 341
telecharger

" La première chose à faire, c'est de tuer tous les hommes de loi" Henri VI, IV, 2 William Shakespeare

Law abiding citizen qu'on aurait pu traduire par Un bon citoyen et qu'on intitulé Que justice soit faite en français porte dans son titre toute sa délicieuse complexité.

Qu'est-ce qui est juste? Qu'est-ce qui est bon? Est-il bon de se soumettre aux lois, d'avoir foi en la Justice? La Justice est-elle vraiment juste?

Le scénario, en apparence très simple, plonge le spectateur dans ce vertigineux questionnement à travers des événements dont la violence et l'horreur est totalement en phase avec la barbarie et le rapport dément à la violence des hommes de notre temps. D'où un film hybride entre le film d'auteur et le blockbuster, entre film de moeurs psychologique, film policier centré sur le système judiciaire et carcéral, le slasher sanglant, le film d'action explosif et le film d'espionnage.

On ne peut pas ne pas se sentir interpelé devant ce père de famille modèle à l'avenir anonyme, tracé et sans histoire qui subit la violence de truands fous, qui se voit lésé par une Justice laxiste et qui devient petit à petit un psychopathe et un anarchiste digne d'un méchant bondien, assoiffé d'une vengeance qui, pour être juste au commencement, devient terrible, incontrôlable par la suite, ne trouvant plus de limites. Des limites posées à contre-temps par un système judiciaire permissif avec les hommes mauvais, étant incapable de les rendre bons, et sévère avec les hommes bons, les rendant à leur tour mauvais. Car, si le personnage principal, pourtant bon citoyen, respectueux des lois, vire mal, c'est parce que le système juridique a commis deux graves erreurs: il n'a pas prévenu les actes qui ont brisé sa vie puis il ne les a pas punit (ou très modestement et symboliquement).

Le film a cette qualité d'offrir tous les points de vues: les tueurs-braqueurs, l'homme deux fois brisé qui perd foi en la loi, les hommes de loi, le novice découvrant le système et ses limites. Comme une discussion philosophique platonicienne, animée certes d'une rare violence, qui porterait ces deux messages: 1) Le système judiciaire doit s'améliorer pour éviter de laisser le meilleur des citoyens devenir le plus nuisible d'entre eux / 2) Le citoyen ne doit pas avoir une foi absolue en un système par essence imparfait car humain.

Pour servir ce double propos, deux hommes excellents: Gérard Butler qui parvient subtilement à faire passer son personnage du protagoniste d'une simple et gentille pub familiale au méchant mégalomane, cruel et anarchiste d'un film d'espionnage, proche du Joker de Batman en passant par le rôle du tueur vindicatif de slasher. L'homme deux fois détruits par deux truands de natures différentes est indignation, colère puis n'est plus que rage aveugle et destructrice. Butler le fait ressentir à la perfection et l'on se surprend à s'identifier à lui quand sa démence vengeresse apparaît dans toute sa vérité. Jamie Fox est l'homme de loi fraîchement sorti de l'université qui porte les messages du film avec une humanité déconcertante: les messages du film deviennent des maximes qui changeront à jamais sa carrière et sa vie. Fox apporte toute son authenticité à ce rôle plus secondaire mais tout aussi complexe. Il est dommage que son personnage entre en scène si tard, trop tard pour que le spectateur n'ait pas résolument épousé le parti du personnage de Butler.

En conclusion, un excellent film sur le monde judiciaire qui ne manquera pas d'animer des débats plus qu'intéressants sur le sujet de la justice et qui fait immanquablement penser à la citation initiale de cet article.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :