AccueilFilm › Dépucelage, mode d'emploi - Film (2011)

Dépucelage, mode d'emploi - Film (2011)

Dépucelage, mode d'emploi - Film (2011)

Dépucelage, mode d'emploi - Film (2011)

Film de Andrew Gurland et Huck Botko Comédie 18 mai 2011

Matt est le dernier de ses copains à être toujours puceau. Lui et ses quatre copains décident alors de filmer ses tentatives de dépucelage. Afin de se venger de sa copine infidèle, il va enfreindre la loi, accepter une proposition de faire du X sur Internet et rencontrer la vedette de porno de ses rêves, ce qui le fera devenir la star d'Internet...

Informations du fichier


Seeds : 1034
Leechs : 362
telecharger

Vous qui entrez dans le territoire de Virginity Hit, renoncez à toutes logiques ! Alors, ça tombe sous le sens, vu la note, mais je n'ai pas aimé ce film, mais, afin de montrer que mon propos n'est pas hors-de-lui (donc hors-propos), il faut savoir que j'ai l'humour facile, que je n'ai rien contre les teen movies. Je rigole franchement devant American Pie et n'importe quel cartoon me fait me rouler par terre. Parler de cul et voir un film dessus ne me gène nullement non plus. Donc si je met 1 à Virginity Hit (Dépucelage mode d'emploi en VF), ce n'est pas pour rien, c'est parce que ce film arrive à conjuguer la gageure d'être à la fois un raté total sur le fond, la forme et en même temps de montrer tout ce qu'il aurait pût être, entrainant une suite de déception gigantesque dans l'esprit du spectateur.

Matt est le dernier de sa bande à ne pas avoir encore fait l'amour. C'est un lycéen presque banal, si ce n'est qu'il vit dans un monde un peu à part. En effet, le lieu où l'histoire se passe, c'est l'Amérique des gagnants, donc pas de pauvreté, de simplicité, ou juste de "impossible à réaliser", non non, ici, tout est réalisable. Cependant, Matt, comme tout bon héros a une bonne vie de merde : sa mère est morte du cancer il y a 7 ans environ, et son père est un junkie. Il est donc élevé par des amis de sa mère, depuis des années, ayant une relation très forte ainsi avec ses frères et soeurs par adoption. Quand on voit leur vie, c'est d’ailleurs le rêve américain ! Donc Matt veut faire l'amour, pour cela, il prévoit de le faire avec Nicole, une jeune fille magnifique, fêtarde mais amoureuse, avec qui il sort depuis 2 ans. Seul hic : quelques jours avant le grand soir, Nicole aurait trompé Matt. Cependant, la jeune fille n'apparaît pas du tout comme une fille facile, ou une allumeuse, elle semble vraiment amoureuse. Matt va-t-il quand même vivre sa grande soirée ? Assumera-t-il ou non ? Zack, son frère adoptif a la solution : filmer cette première fois, ainsi Nicole sera humiliée comme jamais et Matt pourra la quitter en retrouvant son honneur. PAYE TON PSYCHOPATHE ! Alors, vous voyez, cette partie là de l'histoire prend son temps et, franchement, quand on regarde le film, on s'attend à passer un bon moment avec en réalité comme seule interrogation : que ferra Matt ? Le film s'annonce comme étant donc un questionnement moral. Car il semble évident que le plan de Zack est mauvais ... MAIS NON ! On se fou tout ça au cul, mais pas entièrement. En effet, ce passage là dure 30minutes ... Un tiers entier du film qui n'est censé être en réalité que l'introduction ! Là, franchement, c'est difficile de ne pas avoir un énorme regret tant on se dit qu'on aurait pu faire tout le film sur cette question : se venger ou non ? Un amour, qui dure depuis deux ans, peut il continuer si l'autre a trompé ? Bref, il y a de vrais interrogations qu'on se colle derrière l'oreille (comme Matt avec son engin au passage). C'est vraiment une grosse déception pour moi.

Le reste du film va alors voir le parcours de Matt pour se remettre de cette déception. Déception d'autant plus forte que son frère Zack filme tout et met tout sur le net ... Et qu'une nouvelle fois ça choque personne, pas même Matt ! Et le pire ? Tout le monde fait ça ! Tout le monde répond par vidéos Youtube, tout le monde met sa vie en ligne. Alors, certes, ça peut être un bon moyen de critiquer ce mode d'utilisation d'Internet, mais quand même ... Je ne sais même pas si c'est réaliste et qu'aux USA tout le monde agit de la sorte ... A creuser ! Donc, les 40 minutes suivantes sont une suite de tentative pour faire perdre à Matt son pucelage. Oui parce que réfléchir et se rendre compte qu'il a agit en gros con et que cette bande d'amis (qui compte des filles hein) ne respecte absolument pas la dignité humaine, ça serait trop chiant. Le film prend un petit virage intéressant vis à vis du père de Matt mais aussitôt fait aussitôt raté. Une thématique intéressante apparaît quelques minutes. Et si Matt couchait avec sa soeur adoptive ? Ils sont très proches, presque amoureux semble-t-il ... Une idée arrive ainsi et commence à faire son petit bout de chemin et là encore on se dit "Ha, le film va montrer la question d'un inceste moral" ! En effet, pas de lien biologique, mais vivant dans la même famille depuis des années. Comment cela peut il être amené, évolué ? Comment tout cela peut-il avancer ? Et bien non, là encore, la super idée tombe à l'eau ! Matt va alors voir deux autres nanas. La première amène une évolution ... Inintéressante au possible. Avec une chute surprenante mais pas pour autant non-mauvaise. Au final, on a pitié pour lui mais tout le reste est mal amené. En prime, c'est une vraie connasse ! Et on est aussi dans le WTF-style (que je développerais plus tard). La seconde est une professionnelle du sexe ... Qui pour des raisons morales va refuser de faire l'amour avec lui. Putain, rien que d'y penser je me dis que c'est totalement WTF là aussi. Au final, le film revient sur l'idée d'une comédie romantique ... Mais tout est loupée, on aura pas vu Nicole pendant plus de 40 minutes, on a tourné en rond sans savoir ce qu'on cherchait (l'amour, le sexe, se sentir bien dans sa peau). Bref, on a l'impression que les mecs savaient pas vraiment comment terminer leur film et ont voulu sortir un happy end de nul part.

Sur la forme, c'est assez désastreux aussi. On a le même problème que sur le fond : on attend plus que ce que l'on a. En effet, tout est filmé (par Zack) en amateur. On a donc le droit à des vus réalistes. De la même manières, la chose est dépeinte de manière naturelle, avec des délires de potes, des phases de conversations un peu hors-propos et qui vont nul part. Bref, on a le droit à tout un back-ground formelle qui tend vers le réalisme. Le but est de nous faire sentir que ce qui est mis en scène est réel. Le hic c'est qu'il y a une floppé d'anti-réalisme derrière. Déjà l'ultra-présence du sexe, tout le monde en parle, tout le monde se filme. Tout le monde demande "alors, tu baise ce soir ? Donc vous faites quoi ?" et c'est pas en mode conversation gênante, intime ou même privé, non c'est aussi publique que me demander ce que j'ai regardé hier à la télé. Une floppé de jolie jeune fille a moitié à poil vont aussi gagner de l'argent pour aider à payer une actrice porno à Matt ... Rien que cette phrase sert à montrer l'incohérence du truc. Les gens vont se mettre à donner de l'argent à des inconnus pour aider un gamin à perdre sa virginité ... Et la faim dans le monde ? Bref, de nombreux ressorts scénaristiques n'ont d'autres buts que de faire avancer le scénario, malheureusement ça contribue à rendre le propos nettement moins réaliste. Du coup, si vous avez analysé ce que je dis, vous comprendrez qu'une partie de ce qui fait la forme met à mal cette dite forme pour aider le fond, mais le fond en question est lui-même mis de côté sur plusieurs plans ce qui fait que le film n'amène nul part. Résultat ? On s'ennuie ! On s'ennuie grave de chez grave ! C'est horrible ! Le film n'est pas prenant, il n'y a pas de tension. On ne sait tellement pas où on va, les personnages non plus. On ne sent pas d'intensité ou alors de question. On se demande vraiment "mais le film parle de quoi ?"

Résultat ? Un teen-movie pas drôle, qui ne capte rien, qui ne retransmet rien, mais qui réussi à décevoir tout ce qu'il aurait pût être (réaliste, tendre, intéressant). Tous les grands sujets évoqués sont rapidement mis de sujets, les personnages, qui sont censé être normaux agissent tous plus anormalement les uns que les autres pour un résultat plus que mauvais. Je tiens à préciser que le problème vient de là. On nous offre quelque chose de différent que ce que l'on a. Par exemple : Stiffler dans American Pie est clairement vu comme un pitre immature capable de n'importe quelle connerie. De la même manière, on accepte l'idée pour beaucoup de personnages qu'ils soient "anormaux" et "étranges". Mais là, le film ne nous vend aucun personnage comme ça. C'est bien ça le problème. Toute la forme, que ça soit la mise en abime, la narration, le contexte, tout cela vend une histoire qui se veut réaliste alors que le scénario ne cesse de ne pas l'être, et de nous amener sur des pistes avant de s'en écarter aussi brusquement. Au final, nous n'allons dans aucune direction et surtout ... Nous ne rions pas ! Parce que c'est bien là le pire. Si au moins ce film était fun, ça sauverait un minimum le truc. Mais il n'y arrive même pas. L'horreur c'est ça, c'est que vu qu'il n'est pas drôle, le spectateur va relever ses attentes (surtout vu le mode de photographie, le délire amateur fait penser à un truc réaliste), mais au final, il a tord car le film n'a rien à donner. Une immonde bouse à oublier à jamais !

Ces fichiers peuvent vous intéresser :