AccueilFilm › Babycall - Film (2011)

Babycall - Film (2011)

Babycall - Film (2011)

Babycall - Film (2011)

Film de Pål Sletaune Thriller 1 h 36 min 7 octobre 2011

Afin d'échapper à la violence du père de son fils âgé de 8 ans, Anna s'enfuit avec Anders pour s'installer en secret dans un grand immeuble résidentiel. Terrifiée à l'idée que son ex-mari ne les retrouve, Anna achète un babycall pour s'assurer qu'Anders soit en sécurité pendant son sommeil. Mais des bruits inquiétants semblent provenir d'un autre appartement : grâce au babycall, Anna entend même ce qu'elle croît être le meurtre d'un enfant.
De son coté, Anders se prend d'amitié pour un mystérieux garçon aux cheveux noirs qui va et vient comme bon lui semble. Celui-ci aurait-il un lien quelconque avec les bruits entendus ? Pourquoi y a-t-il du sang sur un dessin d'Anders ? Sont-ils tous en danger ?

Informations du fichier


Seeds : 682
Leechs : 239
telecharger

Dès les premières images, sublimes par ailleurs, on suit une jeune mère célibataire angoissée. La peur d'un ex mari auquel elle a réussit à échapper mais dont la présence la hante tel un fantôme, un enfant pas capricieux pour un sou mais étrangement silencieux, et sa peur de tout la poussant à dormir avec son enfant de 8 ans et par la suite à acheter un Babycall qui va la pousser dans une histoire semblable à la sienne, un enfant battu visiblement par un homme hurle au secours à travers le Babycall. Dès lors, l'héroïne s'échine à tenter de trouver le gamin qu'elle entend ce qui lui permet de tenter de se confronter à ses pires angoisses mais au fur et à mesure de son enquête, la peur reprend le dessus, elle réalise qu'elle est la seule à voir un lac, que son ex-mari rôde dans les parages à moins que ça ne soit son angoisse à elle qui le lui fait croire, et finalement c'est dans la spirale de la paranoïa que la jeune femme tombe alors qu'un étrange petit garçon fait son apparition.

Durant une bonne partie du film, on est largué. Le soucis du réalisateur de s'axer davantage sur les ressentis de son héroïne que d'essayer de suivre une narration cohérente aurait pu être un désavantage, mais l'ambiance étant très réussie, notamment grâce au jeu d'acteur, Noomi Rapace est excellente, à une mise en scène très sobre et très simple, et une lumière froide sublime parce que totalement accordée à l'ambiance du film nous offre une oeuvre magnifique, un film sombre et à la fois poétique qui rapidement plonge dans la spirale de l'angoisse, des doutes qui submerge l'héroïne, et de sa paranoïa qui prend rapidement le pas jusqu'à la pousser dans l'antre de la folie. Aucun des personnages secondaires ne semblent capable de l'aider, les assistants sociaux font uniquement des contrôles et la menace au passage, son enfant est passif au possible, quand à l'ami qu'elle se fait, il est rapidement effrayé lorsqu'il est confronté à Anna au moment d'une crise.

// ALERTE SPOILER // Evidemment, il y a un twist, évidemment on le voit venir, et oui, il y a aussi un fantôme au cas où on aurait dans le doute misé sur les hallucinations d'ailleurs au final on ne sait plus trop ce qui était des hallucinations et ce qui était des apparitions ou des hantises, si ça se trouve c'est les deux, mais on se laisse bercer par l'histoire raconté par une mise en scène assez simple. // FIN DU SPOILER //

Ce qui fonctionne c'est la mise en scène d'une sobriété qui apporte un vent de fraîcheur en ces temps où tout va vite, où les films doivent forcément avoir plusieurs rebondissement voire plusieurs fin, doivent partir dans tous les sens, ici on reste dans une seule histoire assez simple au final, là où on se perd un peu c'est parce que se mêle une histoire de fantôme et une histoire d'une jeune femme souffrant d'angoisses profondes. Mais néanmoins les fantômes sont parfaitement traité, bien différents des jumb scare habituel au genre. Reste que la narration est confuse, un peu brouillonne.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :