AccueilFilm › L'Oncle Charles - Film (2012)

L'Oncle Charles - Film (2012)

L'Oncle Charles - Film (2012)

L'Oncle Charles - Film (2012)

Film de Étienne Chatiliez Comédie 1 h 38 min 21 mars 2012

En Nouvelle-Zélande, un richissime homme d'affaires d'origine française, Charles Doumeng, voit basculer sa vie en apprenant qu'il est atteint d'une maladie incurable. Sexagénaire, sans famille ni héritier et n'ayant plus que quelques semaines à vivre, éprouvant un soudain regain d'affection, il se met à la recherche de sa soeur, qu'il n'a pas revue depuis cinquante ans, dans l'ouest de la France.
A Mauprivez, petit village de la région nantaise, Corinne, trente-cinq ans, clerc de notaire, gros besoin d'argent, tombe sur l'annonce que Charles a écrite pour retrouver sa soeur, et dont la récompense est énorme. Elle part à la recherche de cette inconnue, sans succès, et décide, avec l'aide de son entourage, de lui former une famille sur mesure...
La supercherie marche du tonnerre. A l'autre bout du monde, Charles est aux anges, heureux d'avoir enfin trouvé des héritiers. Mais la vie réserve des surprises et les bonnes nouvelles n'arrivent jamais seules... Charles a été victime d'une erreur de diagnostic, il n'a jamais été malade !
Fou de joie, il décide de venir en France pour rencontrer sa nouvelle famille.
Les emmerdes commencent...

Informations du fichier


Seeds : 1135
Leechs : 397
telecharger

Hier, j'avais bien besoin d'une après-midi ciné "totale détente", besoin de me changer les idées et de virer les noires de ma tête ...

Ce film était visiblement ce qui me fallait : côté scénario, on est à un niveau zéro, ça ne prend pas le choux, c'est le moins que l'on puisse dire. On baigne dans l'archétype de la comédie basique bien franchouillarde qui sent bon le purin et le terroir de la campagne nantaise profonde et du bled paumé ... côté dialogues, on est dans la plus simple expression de ce que l'on peut qualifier de "simplistes et minimalistes sans fioriture ni recherche" ... et c'est dommage car en fait, noyées sous un tas de blablas superficiels et insignifiants, quelques bonnes répliques fusent par fulgurance !

Cependant, après la première heure planplan et fadasse, peu à peu l'écriture se resserre et s'aiguise pour offrir une dernière demi-heure d'un niveau légèrement plus élevé, s'insinue un certain malaise sous l'amoralité du propos, amoralité qui est malheureusement anéantie par une fin d'une mièvrerie consternante.

... la suite sur mon blog ...

Ces fichiers peuvent vous intéresser :