AccueilFilm › Victor Young Perez - Film (2013)

Victor Young Perez - Film (2013)

Victor Young Perez - Film (2013)

Victor Young Perez - Film (2013)

Film de Jacques Ouaniche Drame 1 h 50 min 20 novembre 2013

Champion du monde des poids mouche, Victor Young Perez cumule 91 victoires dont 27 par KO. Il va affronter le soldat allemand, 20kg de plus que lui.

Informations du fichier


Seeds : 1075
Leechs : 376
telecharger

Un film passé totalement inaperçu, c'est dommage.

Le tout jeune Victor « Young » Perez à grandi à Tunis, il remporte son premier combat professionnel, monte à Paris et y grimpe les échelons, à l’aide de son frère qui l’entraine, et de Monsieur Beillères, son manager, joué par Patrick Bouchitey. Je reviendrai sur les combats, mais je ne m’attarderai pas sur la crédibilité de Brahim Asloum sur le ring dans le film, il connait son affaire. Non, c’est en dehors que je m’interrogeais sur sa capacité. Il dépeint un personnage très sympathique, au sourire communicatif. Il joue tout à fait correctement et c’est à souligner, il semble y mettre beaucoup de conviction.

Maintenant, avec l’arrivée du succès, il se relâche, et le film se concentre surtout sur ses conquêtes féminines, sa manière de jeter l’argent par les fenêtres et son manque d’entrainement. Ce ne sont pas de mauvaises scènes loin de là, mais rien qui ne le rende ensorcelant, or ce dernier a une certaine aura dans le monde de la boxe. Les autres libertés prises avec la véritable histoire sont assez secondaires.

Qu’importe qu’un match ne se soit pas tout à fait déroulé comme ça, comme Perez qui remporte son championnat au 3e round alors qu’il l’avait fait au 2e dans la réalité, qu’importe si la violence qui règne autour de son dernier combat à l’écran a été exagérée. D’autant que la reconstitution de 1929 à 1945 a été bichonnée, au moins visuellement (il y a peut-être certains termes utilisés dans le film qui m’ont paru un peu trop modernes, mais je chipote). Non, le problème c’est que Perez soit un peu idéalisé, un peu naïf, candide, malgré quelques pétages de plombs, bien compréhensibles vu la situation.

Il fait preuve d’une grande naïveté avec sa principale relation, Mireille Balin, une actrice carriériste, à qui on a souvent envie de donner des claques. Et ses moments avec son frère, pour qui il a une grande tendresse et est prêt à tout, sont parfois grandiloquents, quoi qu’assez touchants. Disons que la limite avec laquelle on flirte souvent est parfois franchie, un petit moment. Et certaines difficultés sur Paris avec ses origines et sa religion sont un peu convenues.

Parlons des scènes de boxe. J’ai du voir près d’une vingtaine de films traitant de la boxe, de diverses époques. J’ai vu de tout : Des matchs super excitants, des matchs totalement fantaisistes, des matchs où les coups font faux, de même que le bruit des coups, des matchs soporifiques… ici (si ce n’est le combat final qui est particulier) je pense qu’on est dans la bonne moyenne. Aucun combat ne m’a donné envie de me lever de mon siège mais j’étais bien dedans, c’est du travail propre, tant sur le travail de cadrage que la restitution de la violence.

Contraint de porter l’étoile jaune, Perez agresse un officier nazi en 1944, il est déporté à Auschwitz. Pour ça, Brahim Asloum a perdu beaucoup de poids, et ajoutez à ça du maquillage, il fait peur à voir. La terreur et la tension à certains moments est palpable.

Malheureusement ça n'empêche pas les problèmes. Prenez ce moment : Son frère s’est laisser capturer pour le rejoindre. Et il se retrouve dans le même baraquement, dans le lit d’en face ! Quelle coïncidence ! En plus, ils s'en rendent compte alors que ça fait déjà un moment qu’ils sont dans ce camp vu leur état. Depuis combien de temps sont-ils voisins de lits sans s’en rendre compte ?

Reste le combat final auquel j’ai eu plus de mal à accrocher malgré sa symbolique. Quant à la fin, je vous laisse la découvrir, forte mais un peu brusque. Enfin voilà, Victor « Young Perez a selon moi de bons atouts dans sa manche, mais pèche par sa maladresse qui verse un peu dans le mélo à l’occasion. Malgré ses faiblesses, ça passe.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :