AccueilFilm › Campagne intime - Film (2013)

Campagne intime - Film (2013)

Campagne intime - Film (2013)

Campagne intime - Film (2013)

Film de Farida Khelfa 1 h 10 min 5 novembre 2013

La réalisatrice, une amie proche de Carla Bruni, a suivi de près la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Du jour où il se déclare candidat, le 15 février 2012, jusqu'au soir de sa défaite, le 6 mai, elle a filmé son intimité lors de cette période très particulière. Loin des micros et caméras des grands médias, dans les coulisses d'un meeting ou dans sa loge, avant une intervention au journal télévisé, l'ancien président de la République se dévoile un peu plus, laissant parfois l'homme prendre le pas sur la fonction.

Informations du fichier


Seeds : 827
Leechs : 289
telecharger

Ce film, que je suis toujours en cours de visionnage, me donne envie de violence. Verbale, physique. Le projet de base est plutôt stimulant : montrer les coulisses d'une campagne et la vie intime du candidat. Et peu importe que ledit candidat soit l'ancien président et un type que personnellement je déteste. Je ne comptais pas voir ce film pour moins haïr le mec, juste pour m'instruire.

Seulement voilà, tout ce que je vois dans ce film ne m'inspire que de la haine et du dégoût. Certes Sarko n'est pas montré comme la pile électrique insupportable et colérique que les Guignols ont sacralisée, mais il fallait un minimum de bon sens pour s'en apercevoir avant. Non, ce que le film montre, c'est un bonhomme détestable mais droit dans ses bottes, qui philosophe a tout va et cite de grands auteurs à l'envi sans que cela ne paraisse jamais sincère ni naturel. C'est un type que ne cesse de dire "ma femme, ma femme", alors qu'elle est à côté de lui.

Parlons-en de sa femme : Carla est présentée ni plus ni moins comme une cruche qui chante TOUT LE TEMPS, vaguement idiote, qui se maquille, une plante verte qui chante et suit son président de mari.

Mais tout ça, passe encore à la rigueur et deux trois moments où l'on filme le président au travail ou préparant un discours, sa gestuelle, ses éléments de langage, sont relativement intéressants, malgré tout ce qu'ils disent de son idéologie qui pour ma part est vomitive.

Non, tout ça aurait pu faire un documentaire juste médiocre ou mauvais, mais il faut se farcir une idéologie ronflante. Le film est à la gloire de Sarko. Montré en petit père du peuple devant une foule en délire, avec une musique dramatique, des drapeaux tricolores agités de partout, des enfants hystériques dans un couloir criant "Nicolas !"... J'ai envie de mourir quand je vois un truc pareil. La scène du vote est révélatrice elle aussi : prenons plusieurs bulletins "pour avoir l'air vaguement républicain". Au secours sérieux, la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Non seulement ce sont des connards prétentieux et totalement hors de la réalité du peuple, mais le pire est qu'ils s'en vanteraient presque. On est à la tête du pays et on vous encule, grosso modo.

Ajoutez à cela la bouillie informe sur laquelle cette idéologie nous est servie (images mal cadrées, laides, prise de son catastrophique, montage souvent foireux ou au mieux idéologiquement nauséabond, narration parfois en dépit du bon sens - début du film incompréhensible, rythme mou et donc totalement ennuyeux). Au début, je m'emmerdais comme pas possible donc je trouvais ça juste insignifiant, puis j'ai commencé à m'énerver, lentement mais surement. Les drapeaux, les cris, les ralentis, les "citations" attrapées au vol et en disent plus que ce qu'il n'en pensait, l'autre cruche qui chante...

Non vraiment, c'est de la merde : c'est mou, c'est laid, et ça pue énormément.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :