AccueilFilm › Khumba - Long-métrage d'animation (2013)

Khumba - Long-métrage d'animation (2013)

Khumba - Long-métrage d'animation (2013)

Khumba - Long-métrage d'animation (2013)

Long-métrage d'animation de Anthony Silverston Animation et aventure 1 h 23 min 3 octobre 2013

La vie n'est pas qu'en noir et blanc pour Khumba, un jeune zèbre né avec une particularité : seule la moitié de son corps est rayée.

Informations du fichier


Seeds : 1037
Leechs : 363
telecharger

Après Zambezia (Drôles d’Oiseaux), le studio Triggerfish Animation nous invite à une nouvelle aventure africaine au cœur de paysages splendides en compagnie d’animaux emblématiques du continent, pour

un hymne à la tolérance, à la différence et à l’acceptation de soi.

Avec un scénario encore une fois classique et une animation plutôt réussie, cette seconde production installe fermement une identité et assied doucement le savoir-faire du studio.

Il va bien falloir qu’il s’accepte comme ça.

Khumba, zébreau né sans zébrure sur la croupe et qualifié de demi-zèbre par le reste du troupeau, est considéré, ignorances ancestrales, comme responsable de la sécheresse. Moqué malgré l’autorité de son père sur le clan, aiguillé par une sage mante, il part à la recherche de la source originelle, magique, supposée lui donner ces rayures qui lui manquent. Le voyage initiatique, évidemment, le révèlera aux autres autant qu’à lui-même.

Encore une fois, l’animation est agréable et les dessins très caractérisant.

Le bestiaire est varié,

un vrai régal de safari qui mêle réalisme et humour pour jouer sur l’équilibre des similitudes et des différences qui font le monde autant que la richesse des clans. Buffle, autruche, springbox évidemment, lémuriens, aigle, etc… La palme du look réussi revient au méchant de l’histoire, un léopard borgne effrayant, particulièrement réussi.

Le message, un peu simple, est assurément attendu de la part d’un studio sud-africain : acceptation de soi et de l’autre, c’est bien de tolérance qu’il s’agit, de condamnation sans équivoque du racisme. Le traitement narratif, entre humour, tendresse et héroïsme, y ramène chaque séquence du métrage sans que cela soit lourd ou insistant, au contraire toujours avec justesse et légèreté. C’est bien le jeu continuel sur la diversité qui renforce toujours le propos.

Alors oui, malheureusement encore une fois le scénario semble éculé, vu et revu. Quelques séquences incongrues disent l’inabouti. Mais la réalisation et l’animation sont réussies : le studio connait son public, assurément ne vise pas ailleurs pour le moment, et l’objet est aussi agréable qu’efficace. L’humour rythme à merveille un métrage dans lequel jamais on ne s’ennuie, et une admirable séquence d’angoisse vient clore à point le climax narratif avant un happy end attendu. La marge de progression du studio est large encore, oui, mais Khumba est déjà

un très beau safari animé

qui ravira petits et grands.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :