AccueilFilm › Ma révolution - Film (2016)

Ma révolution - Film (2016)

Ma révolution - Film (2016)

Ma révolution - Film (2016)

Film de Ramzi Ben Sliman Drame 1 h 20 min 3 août 2016

Alors que l'écho du printemps arabe résonne jusqu'au cœur de Paris, et malgré ses origines tunisiennes, Marwann a d'autres problèmes à gérer : ceux d'un adolescent de 14 ans qui veut avant tout être populaire à l'école, attirer l'attention de la belle Sygrid et échapper à la pression parentale. Quand il se retrouve accidentellement à la une de Libération, Marwann devient du jour au lendemain le symbole de la révolution de Jasmin en France, et le garçon « le plus cool » de son collège. Profitant de la confusion, il décide de tenter sa chance auprès de Sygrid, et pourquoi pas renouer avec ses racines.

Informations du fichier


Seeds : 821
Leechs : 287
telecharger

Un film qui au départ me rebutait. J'y voyais la perspective d'un énième drame social d'un réalisateur parisianno-communiste. Puis j'ai regardé la bande-annonce, dont l'ambiance musicale m'a tout de suite aguiché.

Résultat : j'ai passé un très bon moment. Le cinéma Français se divise principalement en films d'auteur naturalistes et déprimants, sans âme, et en comédies débiles ; de L'Esquive à Neuilly sa mère !. Mais ce film mélange le drame et la comédie, le réalisme et le romantisme d'une façon que j'ai beaucoup appréciée. Les acteurs sont convaincants (même si certains dialogues entre les adultes sonnent parfois faux, plus de par l'écriture qu'à cause des interprètes), la réalisation, la photographie etc dégagent une poésie certaine, qui couplés au jazz ambiant m'ont vraiment fait plaisir.

Il y a cependant quelques "écueils", et je ne sais pas si ce terme convient car c'est peut-être un parti pris. Premièrement, c'est un film très parisien : les protagonistes sont tous visiblement aisés et évoluent dans un milieu culturel riche et équilibré. Collégiens, ils sont déjà plus ou moins politisés, et bon sang je ne sais pas si c'est effectivement le cas en réalité, mais ce qui est sûr c'est que ce n'est pas le cas en province, ou alors dans les établissements les plus huppés. Ce qui mène à une autre remarque : il aurait mieux valu que les personnages soient des lycéens ; par ailleurs, nombre d'entre eux semblent être plus sur le point de passer le Bac que le Brevet, en particulier Anamaria Vartolomei - dont le rôle se limite malheureusement à "sois belle et tais-toi" (l'ayant vue dans l'excellent court-métrage C comme Couteau, sa participation aurait pu être mieux exploitée).

Le traitement de ces personnages, qui peuvent être agaçants voire stupides et superficiels, se pardonne en tous cas par le jeune âge de ceux-ci. Le rapprochement du trio "branché" et du duo maladroit se fat d'ailleurs sur la base d'un mensonge jamais avoué... Ce qui est aussi le cas de la romance. J'aurais aimé que ces liens soient mis à l'épreuve de la vérité, pour mettre en valeur la véritable nature de tout ce beau monde, et le dénouement aurait pu être heureux là aussi, par une prise de maturité des divers personnages... Dommage.

Dans l'ensemble donc, il manque quelque-chose à ce film pour que le spectateur "prolétaire" puisse se sentir impliqué, au lieu d'avoir l'impression de regarder la vitrine d'un magasin de luxe. Ce film (et encore une fois c'est sans doute volontaire) est à quelques détails près dépourvu de noirceur, de violence, de vulgarité, de tout ce que la vie quotidienne peut avoir de sinistre - ce qui pourtant aurait pu par contraste mettre en valeur les (très agréables) moments de légèreté présentés et qui constituent tout le film. Le collège lui-même est situé dans l'un de ces vieux bâtiments haussmanniens - on est donc loin des constructions impersonnelles qui parsèment le pays. J'ai par contre apprécié que les personnages, bien qu'usant d'un language très familier, ne soient pas tournés en caricature d'analphabètes qui écoutent Skyrock. Tout ceci évite en tous cas la lourdeur de je ne sais quel message de politique sociale ; le volet politique de ce film relevant de la Tunisie. Et quand bien même, j'estime que pour faire passer ce type d'idées (mixité et autres), le mieux est de simplement les présenter, plutôt que de les scander (ça manque de clarté je sais, mais c'est mon avis) ; ce film n'est pas trop concerné, si ce n'est au niveau des origines "nationales" de certains, plus que de leurs origines sociales.

À noter quelque bizarreries : aucun des collégiens n'a de smartphone, aucune référence n'est faite à la culture populaire... À un moment les deux amis se retrouvent à fumer un joint en prenant un bain dans la même baignoire (?!)... Et le tout laisse un goût d'inachevé : on ne sait pas comment évoluera l'histoire d'amour principale, et les personnages secondaires sont laissés pour compte.

En gros, ce film représente une sorte d'idéalisation de ce que pourrait être ces années si le monde était parfait, je suppose. Cela peut être agaçant, mais aussi plaisant. Personnellement, je honnis ces films sociaux qui nous dépeignent un monde sans âme et sans intellect (Entre les Murs) ou partent dans des pseudo-réflexions contemplatives, en bref qui en font trop, soit dans la psycho-philo de comptoir, soit dans la vulgarité crasse, ou même les deux (La Vie d'Adèle). À cet égard, ce film est un OVNI, un film qui montre le potentiel inexploité du cinéma Français pour faire de jolis films touchants et éclectiques. Il lui manque vraiment, selon moi, une touche de réalisme, de difficultés quotidiennes, de "vraie vie" sans quoi il aurait rejoint mon panthéon personnel.

Il est en tous cas certain que Ma Révolution mérite d'être beaucoup moins confidentiel ; et qu'il ne mérite pas cette moyenne honteuse (4,9 au moment où j'écris ces lignes - edit : passé à 5,1 avec ma note).

Ces fichiers peuvent vous intéresser :