AccueilFilm › Abdel et la Comtesse - Film (2018)

Abdel et la Comtesse - Film (2018)

Abdel et la Comtesse - Film (2018)

Abdel et la Comtesse - Film (2018)

Film de Isabelle Doval Comédie 1 h 35 min 9 mai 2018

A la mort du Comte, la Comtesse de Montarbie d’Haust doit transmettre le titre de noblesse et le domaine à un homme de la famille, comme le veut la tradition aristocratique. Elle ne peut cependant se résoudre
à transmettre le domaine à Gonzague, un neveu arrogant et cupide, plutôt qu’à sa fille.
Quand Abdel, un jeune de cité débrouillard et astucieux, trouve refuge dans leur château, sa rencontre avec la Comtesse va faire des étincelles !
Issus de deux mondes que tout oppose, ils pourraient bien s’aider mutuellement…

Informations du fichier


Seeds : 818
Leechs : 286
telecharger

A la mort du comte de Montarbie d’Haust, sa fille, très chic châtelaine assumant son statut et quelques clichés (Mme Charlotte de Turckheim), doit transmettre le titre, tout en assurant la transition. Elle pense bien à sa propre fille, Blanche, jeune, belle, dynamique et très attachée aux valeurs et au patrimoine de la famille (Mme Margaux Châtelier), mais le défunt a exprimé préférer Gonzague, jeune cousin, distingué mais ambitieux et moins doté d’affection pour les terres avoisinant le château (M. Mathieu Simonet), qu’il souhaiterait détruire pour laisser place à une opération de promotion immobilière. Hors, en parallèle, un jeune délinquant maghrébin féru d’objets d’art, en vue de les voler pour les revendre, Abdelkader, dit Abdel, s’évade de son centre de rétention pour atterrir dans le domaine des Montarbie d’Haust. Or, s’y tient une partie de chasse qui le blesse et le fait atterrir au fond de l’étang où il manque se noyer. Comprenant vite l’identité du jeune malfrat, recherché par toute la gendarmerie du secteur, la comtesse, par souci de dignité, en raison de ses blessures par l’une des siens, décide de le soigner avant de le rendre à son centre de détention. Mais ils trouvent un arrangement, Abdel aidant la comtesse à se débarrasser de ce cupide Gonzague, cette dernière lui arrangeant ses relations avec le parrain de la cité pour qui il travaille. Et tout est bien qui finit bien. La confrontation de deux mondes que tout oppose constitue le mécanisme classique des comédies. Les clichés y vont bon train, mais sont présentés à la bonne franquette, sans prétention ; aussi les bons sentiments, par leur abondance, et l’afflux de comique de situation font bien comprendre que ce divertissement est conçu pour se détendre. On y rit bien, Mme de Turckheim tient le film qui tourne et fonctionne bien par une allégresse de bon aloi. La spectatrice et le spectateur n’en ressortent peut-être pas enrichis, mais détendus et le sourire aux lèvres. M. Mathieu Simonet, qui incarne Gonzague, est le fils de M. Jacques Perrin. Il est apparu dans Merci pour le chocolat, de Claude Chabrol, Ocean’s Twelve, de M. Steven Soderbergh, Indigènes de M. Rachid Bouchareb. C’est un ancien élève de mon lycée (deux ans au-dessus de moi).

Ces fichiers peuvent vous intéresser :