AccueilFilm › Blackbird - Film (2020)

Blackbird - Film (2020)

Blackbird - Film (2020)

Blackbird - Film (2020)

Film de Roger Michell Drame 1 h 37 min 23 septembre 2020

Lily et son mari Paul décident de réunir enfants et petits-enfants pour un week-end dans leur maison de campagne. Trois générations d’une même famille se retrouvent, avec Jennifer, l’aînée, son mari Michael et leur fils de 15 ans, Jonathan, mais aussi Anna, la cadette, venue avec Chris, sa compagne. En fait, cette réunion de famille a un but bien particulier : atteinte d’une maladie dégénérative incurable, Lily refuse de subir une fin de vie avilissante et décide de prendre son destin en main. Mais tout le monde n’accepte pas cette décision. Non-dits et secrets remontent à la surface, mettant à l’épreuve et redessinant tous les liens qui unissent les membres de cette famille, alors que le temps des adieux approche…

Informations du fichier


Seeds : 1145
Leechs : 401
telecharger

Je suis allé voir Blackbird sans avoir la moindre idée de ce dont il retournait. Sans doute avais-je lu le synopsis il y a longtemps, quand un nouveau film avec Kate Winslet avait été annoncé, puis l'avais-je oublié. Tout ce que je savais, c'est que c'était le nouveau film de la Reine, et qu'il fallait que j'y aille.

J'ai souvent dit que mon pitch de film parfait consisterait à voir une famille s'engueuler pendant deux heures autour d'une bûche de Noël. Bergman, en la matière, avait comblé mes attentes, avec Sonate d'automne, Cris et chuchotements et surtout Scènes de la vie conjugale. Plus récemment, Dolan, le meilleur réalisateur du XXIe siècle, avait livré un savoureux règlement de compte, bien que pas assez explosif à mon goût, avec Juste la fin du monde. Blackbird, c'est tout ça et un peu plus encore.

Tout n'est sans doute pas parfait ici, et d'aucuns jugeront le film un peu cousu de fil blanc et aseptisé. En ce qui me concerne, il a comblé toutes mes attentes. Tout est beau, tout est vie, de l'assurance débordante de Susan Sarandon à la fadeur apparente du personnage de Rainn Wilson, on rit, on est en colère, on pleure, c'est beau et simple comme un dimanche après-midi pluvieux d'automne, à regarder un film sous un plaid avec une tasse de chocolat chaud.

Kate Winslet, t'ai-je déjà dit combien je t'aime d'amour ? Combien je suis amoureux de ton travail, depuis que, âgé de six ou sept ans, j'ai vu Titanic pour la première fois ? Que j'ai vu presque tous tes films depuis lors, et comme tu fais exploser mon esprit à chaque fois ? Que tu sais tout jouer, de la Madame Bovary moderne de Little Children à l'analphabète au passé compromettant de The Reader ? Comme j'ai vibré devant la journaliste entêtée de La Vie de David Gale, comme je revois chaque hiver avec plaisir The Holiday, comme j'aime tes cheveux dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind, comme tu sublimes Leonardo DiCaprio comme personne dans Les Noces Rebelles ? Oserai-je dire comme tu n'es rien de moins que spectaculaire ici, en mère de famille en apparence coincée, autoritaire jusque dans ses gestes et un peu rétrograde ?

Blackbird, à regrets, restera sans doute un petit film d'automne, connu uniquement de ceux qui vont voir tout ce qui sort. C'est bien dommage. Allez-y. Il y a sûrement un peu de vous dans ce film, un peu de chacun de nous. Pour ma part, le voyage fut agréable, et bien trop court.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :