AccueilFilm › Le Monde de Barney - Film (2011)

Le Monde de Barney - Film (2011)

Le Monde de Barney - Film (2011)

Le Monde de Barney - Film (2011)

Film de Richard J. Lewis Comédie dramatique 2 h 12 min 7 septembre 2011

Barney Panofsky, un homme apparemment ordinaire mène une existence extraordinaire. Sa première femme Clara, est une rousse incendiaire, infidèle et libre d'esprit... La seconde "madame P." est une riche princesse juive préoccupée par son paraître. Miriam sa troisième épouse, deviendra la mère de ses deux enfants et l'amour de sa vie. Barney est soupçonné d'avoir assassiné Boogie, son ami qu'il admire. Sa disparition entraîne Barney dans le dédale de sa vie...

Informations du fichier


Seeds : 765
Leechs : 268
telecharger

Quantième Art

Une histoire d'une vie comme j'en parle souvent, tous ces films audacieux qui marchent dans les longues foulées de Forrest Gump ou de Benjamin Button. Barney Panofsky fait défection puisque son histoire n'est pas entière, et même sans qu'on fasse la comparaison de genre, c'est une légère perte. Le contexte de son existence aurait aidé à construire un récit solide, eusse-t-il duré trois heures. On regrettera d'apprendre tant de choses sur les personnages peuplant cette œuvre pour se heurter à un mur ; ils sortent du néant d'un passé pourtant omniprésent, mais qui cesse d'exister à un certain point.

Mais avec ce qu'il a décidé de représenter, le film sait gérer les petites touches de peinture par lesquelles l'image d'ensemble va prendre forme. Par contre, dans une œuvre impressionniste, les touches n'ont pas de sens propre tant qu'on ne connaît pas l'image, justement. Chez Barney, elles vont prendre toute leur valeur, comme si chacune d'elle était un petit film à lui tout seul. C'est ce qui fait toute la richesse de cette création de Richard J. Lewis, ce qui fait se déployer la toile impressionniste en un kaléidoscope facétieux. Quoique le déploiement en question ne se fait pas sans quelque bazar, tout comme le peintre n'appuie pas pareillement sur son pinceau à chaque touche. Dans le cas de ce film, cela fait de grandes scènes et d'autres médiocres, et cela rend les allers-retours dans le temps par toujours propres quoique toujours assez clairs et lucides. Barney ne fera pas tâche d'huile chez ses grands frères du genre.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :