AccueilFilm › Impact - Film (1949)

Impact - Film (1949)

Impact - Film (1949)

Impact - Film (1949)

Film de Arthur Lubin Policier 1 h 51 min 20 mars 1949

Walter William, qui est un industriel de San Francisco, est victime d'une tentative de meurtre prémédité par sa femme et son amant. Or elle échoue, Walter William se retrouve dans un petit village où il tombe amoureux d'une mécanicienne, l'amant meurt et la femme est accusée de meurtre.

Informations du fichier


Seeds : 1062
Leechs : 372
telecharger

1949, presque un peu tard pour un vrai film noir, du coup, cette histoire de riche entrepreneur dont la femme essaie de se débarrasser avec son amant part un peu dans tous les sens... Ce qui n'est d'ailleurs pas forcément désagréable.

Petit passage à la cambrousse, ville tranquille de douze pelés dans l'Idaho bien propret, c'est pas finaud, mais j'aime bien, ça repose, c'est comme le côté, pays sorti de guerre, ça donne un charmant cachet à l'ensemble... A la limite, la dernière partie procédurière me parait plus responsable du rallongement incompréhensible du film...

Oui, parce que, franchement, une série B pareille, normalement, ça dure 85 minutes, pas presque deux heures... Qui a envie de se taper Brian Donlevy pendant aussi longtemps ? Déjà, donner à son faciès de George Bush autre chose que ses habituels rôles de traître, c'est presque gênant...

Dans le duel de poules, Helen Walker écrase Ella Raines par K.O. à la première reprise, je la trouve presque émouvante en veuve trop joyeuse...

Sinon, Robert Warwick s'est fait la tête d'Elkabach, mais sans l'écharpe, fait trop chaud à Frisco... et il fait très bien le chef de Charles Coburn, qui, pour une fois ne joue pas un vieux milliardaire, mais bien l'officier de police chargé de l'enquête, ce qu'il fait d'ailleurs très bien.

Ce qui est pratique avec les tâcherons comme Arthur Lubin, réalisateur immortel de la série des Francis, le mulet qui parle, c'est qu'au moins, c'est propre, pas à dire, c'est même reposant tellement c'est propre, ça a l'air d'avoir été inventé pour les après-midi caniculaires, le temps de réveiller délicatement le tapioca qui me sert de cervelle.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :