AccueilFilm › #Chef - Film (2014)

#Chef - Film (2014)

#Chef - Film (2014)

#Chef - Film (2014)

Film de Jon Favreau Comédie 1 h 55 min 9 mai 2014

Un chef cuisinier perd son travail dans un célèbre restaurant et décide de monter sa propre affaire à bord d'une camionnette.

Informations du fichier


Seeds : 631
Leechs : 221
telecharger

#Chef, de Jon Favreau, sous son apparente légèreté, impose une arrière pensée lourde, voire suffocante, si l'on se met à la place du cinéaste. L'histoire d'un Chef etoilé qui aimerait innover dans son menu, mais qui est bloqué par un patron obnubilé par la demande du public. Ou comment Jon Favreau raconte son manque de liberté artistique pendant le tournage d'Iron Man, au point d'en suffoquer. Le gros plan sur le pantin, et le contechamp sur un Jon Favreau depité, au début du film, résonne fort et en dit long sur la reception de l'echec du second opus d'Iron Man. Et l'on songe alors à la presentation du film, sur la scene du festival de Deauville. La presentatrice lui demande innocemment, avec desinvolture, comment passe-t-on du blockbuster à l'auto-production. Ce que Jon n'a pas dit, c'est qu'entre autres, les réalisateurs n'ont pas forcément le choix.

La liberté des réalisateurs, et leur marge de manoeuvre, est souvent relative en cas de grosse production. Si l'on ajoute la contribution de super-stars, sûres de leur mecanique d'interpretation, la fonction primitive du cinéaste - direction d'acteur - se retrouve meme remise en cause. L'unique scène de Robert Downey Jr en est l'illustration parfaite, l'acteur jouant, non sans humour, en forçant la caricature, sur son interpretation hyper-active et envahissante. Dans la scène en question, aucun dialogue n'est terminé, tous les sujets sont confus, et le personnage de Jon Favreau ne peut terminer une phrase sans etre coupé par un Robert survolté.

Là où Favreau pèche, c'est par sa trop grande ambition. Le pouvoir de creation illimité, soit disant pour inventer des choses plus audacieuses, semble etre une bien lourde tache pour un réalisateur englué dans le classicisme hollywoodien. La narration se retrouve par conséquent ni audacieuse, ni même inventive. La mise en scène entendue se met au service d'un récit bien rectiligne, sans obstacles. Cependant, Chef parvient à gagner toute notre sympathie grâce à ses personnages, et à la profonde joie de faire du cinéma qui s'en degage.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :

No Search Results