AccueilFilm › Il est toujours temps d’aimer - Film (2016)

Il est toujours temps d’aimer - Film (2016)

Il est toujours temps d’aimer - Film (2016)

Il est toujours temps d’aimer - Film (2016)

Film de Brett Haley Drame et comédie 1 h 32 min 15 mai 2015

Carol, veuve septuagénaire, mène une vie sans histoire. Le jour où son chien meurt, elle se retrouve brutalement confrontée à la solitude et décide de redémarrer une nouvelle vie en s'inscrivant à des speeds datings. Elle ne tarde pas à faire des rencontres et entamer une relation avec deux hommes très différents.

Informations du fichier


Seeds : 760
Leechs : 266
telecharger

J'aime bien les histoires sur les vieux. En ce moment, c'est un peu à la mode, sans doute parce qu'il faut bien donner un rôle à tous ces acteurs qui nous ont fait rêver dans les années 70-80. Pour le coup, je n'ai reconnu que Sam Elliott ; j'avais déjà vu Blythe Danner dans quelques films mais je ne m'en souvenais pas malgré sa beauté. Pour tout dire, c'est la présence au casting de Martin Starr qui m'a rendu curieux ; j'ai beaucoup aimé sa prestation dans "Freaks and Geeks" et c'est un plaisir de le retrouver dans des productions Apatow, même si ce n'est qu'un petit rôle. Mais revenons-en à nos vieux. La vieillesse est un sujet intéressant simplement parce qu'on n'en parle pas assez. On s'imagine qu'une fois qu'on est vieux, il ne se passe plus rien, que la personne attend la mort sans rien faire d'autre que jouer au bingo, regarder la télé ou se poster à une fenêtre pour observer la rue. Pourtant, quand on est vieux, on a plein d choses à faire : des manies accumulées au fil de années à gérer, la santé à gérer (toutes les pilules), gérer la famille qui ne fait que s'agrandir, gérer sa pension, gérer le fait que c'est bientôt fini et que la vie n'a de cesse d'aller plus vite, gérer sa maison (est-ce a qu'on reste encore un an ou deux dans sa grande maison ou bien est-il temps de déménager, et si on déménage, où aller?), gérer toutes les passions (parce qu'un vieux a autant de hobbies qu'un jeune). Et puis il y a encore plein de sujets tabous comme le sexe, la drogue etc. On s'imagine le plus souvent qu'être vieux, c'est être sage dans son coin. Ou alors on accepte qu'il y ait un vieux un peu plus fou que les autres, qui lui parlera beaucoup de sexe, harcèlera les infirmières, cassera les couilles de sa progéniture, se lancera dans des affaires absurdes. C'est une représentation très pauvre de cette tranche d'âge et ça m'ennuie. J'attends vraiment qu'un bon auteur se décide à raconter cela. Il y en a, des films de ce genre, mais pas assez.

"I'll see you in my dreams" fait donc partie de ces films qui ne font qu'effleurer le sujet. En effet, tout au long du film on se dit que ces vieux sont bien gentils, mais que ça ne colle vraiment pas. Soit. Est-ce pour autant une mauvaise histoire ? Sans que ce ne soit lié au réalisme et au traitement superficiel du sujet, oui, c'est une mauvaise histoire. Parce que les personnages ne sont pas très creusés, que les interactions sont pauvres. De plus, le film souffre d'un manque d'objectif principal qui permettrait de structurer le récit ; une des conséquence directe est une absence toute aussi évidente de conflits : tout le monde il est beau, tout le monde il est content. Enfin non, parce qu'on parle de deuil. Mais est-ce que le deuil est un conflit ? Pas vraiment ! Parce qu'on ne peut rien faire contre le deuil si ce n'est laisser passer le temps. Sauf si on est dans un film d'action, là il suffit de tuer le méchant pour que ça aille mieux. Mais dans un drame, il n'y a rien à faire d'autre que d'attendre et de subir la tristesse. Heureusement, ce n'est pas trop misérabiliste, la vieille dame nie son deuil (ou plutôt ses), comme si de rien n'était. Mais du coup il ne se passe rien. Il reste quelques situations touchantes, quelques idées ici et là qui suscitent l'intérêt.

La mise en scène est soignée. Un découpage simple et sobre sans trop de chichis. La musique n'est pas trop envahissante, même si on sent bien que c'est calé sur ces à priori de vieux sont sages et gentils. Le casting est assez bon aussi ! J'aurais bien voulu voir Blythe Danner à poil (elle a l'air d'avoir de belles fesses), mais bon, en échange j'ai vu des acteurs qui font le boulot mais discrètement, c'est-à-dire sans penser aux Oscars (avec les grosses larmes, les grosses prestations et tout).

Bref, le film n'est pas complètement mauvais, il se suit même agréablement. Mais il est mou à cause d'une narration faiblarde. Evidemment je regrette que le sujet ne soit pas mieux traité en terme de thématique (en même temps, quand je vois l'âge de l'auteur, je me dis qu'il parle de quelque chose qu'il ne connaît pas), mais pour moi ce n'est pas ce qui compte dans la note. N('importe quel sujet, aussi superficiel soit-il, aussi peu réaliste soit-il, peut être intéressant, à condition que le scénario soit bien écrit, ce qui n'est pas trop le cas ici. Dommage !

Ces fichiers peuvent vous intéresser :