AccueilFilm › Mug - Film (2018)

Mug - Film (2018)

Mug - Film (2018)

Mug - Film (2018)

Film de Malgorzata Szumowska Drame 1 h 31 min 30 novembre 2018

Jacek aime le heavy metal, sa copine et son chien. Il travaille sur le chantier de ce qui est censé devenir la plus grande statue de Jésus-Christ au monde. Sa famille, les habitants du village et les paroissiens le voient comme une bête curieuse mais le trouvent plutôt amusant. Victime d’un terrible accident qui le laisse complètement défiguré, tous les regards se tournent vers lui alors qu’il s’apprête à subir la première greffe de visage du pays.

Informations du fichier


Seeds : 1049
Leechs : 367
telecharger

Critique pour le site Le Bleu du Miroir

Cet article a été rédigé dans le cadre du festival des Arcs

Autre film avoir retenu notre attention lorsque nous avons découvert la sélection : Mug. Un intérêt transformé en coup de cœur à l’issue de la projection, pour ce long-métrage polonais qui séduit tant par son récit que par sa réalisation. Aux commandes de ce petit bijou naturaliste, Malgorzata Szumowska qui réussit à magnifier un drame offrant un hymne à l’espoir avec un humour décalé.

Jacek habite une petite ville de Pologne, partage son temps entre sa copine et son chien, fait figure de sataniste dans ce pays très conservateur en vouant une adoration pour le heavy métal et participe au chantier de ce qui est censé devenir la plus haute statut de Jésus au monde. C’est alors qu’il chute. Un accident qui le défigure, puis une reconstruction pour laquelle il est à la fois idolâtré, à la fois délaissé.

Cette comédie noire interroge, plus que son propre rapport au corps, le regard d’autrui sur le corps des autres. Comment le beau et le laid sont perçus, où se trouve réellement le merveilleux. Le film adopte un effet visuel intéressant où le déformant devient poésie grâce à un flou variable. Un geste marqué qui va de concert avec la musique, personnage identitaire à part entière offrant de véritables moments de grâce, une grâce dont Mateusz Koscukiewicz fait sienne. Même défiguré, l’acteur injecte une chaleur à l’écran qui touche, il irradie et communique une sorte d’humanité qui émeut. Tandis qu’autour de lui, la communauté, si pieuse, se ne montre pas si douce. La réalisatrice sonde également la conscience communautaire religieuse, sans jugement et avec un humour bien senti.

Mug saisit par sa beauté, par son discours, par sa légèreté, raisons pour lesquelles nous reviendrons plus amplement sur ce film une fois le festival terminé et en espérant, même si la compétition n’est pas encore finie, qu’il sera récompensé.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :