AccueilJeux › Shadow of the Tomb Raider (2018) - Jeu vidéo

Shadow of the Tomb Raider (2018) - Jeu vidéo

Shadow of the Tomb Raider (2018)  - Jeu vidéo

Shadow of the Tomb Raider (2018) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Eidos Montréal, Crystal Dynamics et Square Enix PC, PlayStation 4, Xbox One et Stadia Action-Aventure 14 septembre 2018

Découvrez le moment crucial où Lara Croft devient Tomb Raider. Dernier volet de la trilogie sur les origines de Lara.

Informations du fichier


Seeds : 662
Leechs : 232
telecharger

Les deux précédents opus étaient pour moi assez problématiques. Malgré des qualités, avec des tombeaux très sympas à parcourir et une exploration agréable dans des décors somptueux, Tomb Raider et sa suite se perdaient dans une surcharge de combats pas super bien ficelés qui composaient l'essentiel de l'expérience de jeu, avec en prime un scénario pas très folichon. Mais la jungle, c'est cool, et les développeurs d'Eidos Montreal avaient l'air d'avoir mis l'emphase sur les tombeaux et l'exploration plutôt que la castagne, alors je suis passé à la caisse pour la suite ayant accompli l'exploit de trouver un titre encore plus générique que le précédent volet.

Et je trouve que le fond du jeu a en effet beaucoup changé. Alors la prise en main est strictement la même, mais les combats obligatoires sont réduits à une poignée de morceaux de bravoure, et même l'infiltration, pourtant mise en avant par les dévs, est assez en retrait, avec quelques grosses scènes qui ponctuent la progression. Le seul changement notable dans la baston sont les armes, l'arc n'est plus cheaté comme dans les anciens, on privilégiera donc une bonne vieille pétoire pour se débarrasser des ennemis. Les combats ne sont pas désagréables et plutôt bien amenés (sauf dans une section où les ennemis vont chercher le corps-à-corps, ce que le jeu gère assez mal), et sont suffisamment rares pour éviter qu'on aperçoive de trop de défauts et le ras le bol que j'avais pu ressentir lors des épisodes précédents. L'infiltration composera donc la plupart des affrontements, surtout en difficile (ce que je conseille), et même si le choix reste votre, le jeu a clairement été designé pour. Et sans atteindre les sommets du genre, loin de là, le jeu propose une palette de mouvements et d'outils assez riche, et même si le level design est plutôt dirigiste et que ça manque de profondeur (on reste assez loin d'un jeu d'infiltration, les mécaniques sont assez simples), les séquences les plus complexes sont vraiment amusantes, même l'IA qui avait l'air cramée dans les présentations arrive à tenir la route en difficile (à peu près, c'est fonctionnel, quoi, mais faut pas trop lui en demander). Évitez tout de même de choper les compétences les plus flinguées qui mâchent un peu trop le travail. Dommage cependant que le jeu se réveille un peu trop tard à ce niveau, les phases les plus plaisantes (car assez riche pour être vraiment cool) n'arrivent qu'assez tard, et le potentiel était là pour faire des niveaux plus riches encore (par exemple, les ennemis à vision thermique apparaissent peut être 2 fois, dommage).

Mais tout cela n'est finalement pas la partie principale du jeu, je n'irais pas jusqu'à dire que les affrontements sont mineurs, mais ils sont mis au second plan, si bien que vous passerez parfois plusieurs heures sans enfoncer une pale rouillée dans la jugulaire d'un garde endormi. On retrouve pas mal de ce qui se faisait dans les autres opus, c'est à dire de la plate-forme assistée mais assez fun (et qui demande un peu plus que de marteler un bouton jusqu'à arriver en haut) avec pas mal de mouvements (avec seulement un ajout pour cet épisode), et la possibilité d'enlever les marques blanches si chères au jeu vidéo d'aujourd'hui est plutôt cool, c'est sympa d'avoir à chercher son chemin (ce sera quelquefois handicapant, mais rarement). Il y a pas mal d'exploration pour trouver du loot, des objets ou, plus intéressant, des tombeaux facultatifs. Le tout est ponctué par des énigmes bien fichues, pas très difficiles mais assez variées. Cette partie m'avait bien plus dans le reboot et sa suite, et c'est toujours le cas ici, et le fais qu'il y en ait plus ne m'a pas dérangé, loin de là, même si le manque de nouveautés se fait parfois sentir. L'ajout de phases sous-marines est la grosse "nouveauté" de cet opus, sympathiques et qui ont le bon goût de ne pas s'étirer en longueur. Par ailleurs, le craft est toujours là, je m'en suis tamponné (j'améliorais mon matos de temps en temps) et ça passe très bien comme ça.

Côté histoire, y a pas mal d'évolution, mais on reste dans quelque chose d'assez inégal. D'un côté, le titre n'hésite pas à sortir les gros sabots un peu trop souvent, use de grosses facilités scénaristiques (genre un déclencheur d'apocalypse posé sur un piédestal, ou la fin de l'organisation trinité si vite expédiée que vous pouvez la zapper si vous baillez un peu trop fort) au service d'une histoire de fond pas si passionnante (voir même un peu débile par moments), et de l'autre, on a quand même des personnages vachement mieux traités. Bon, comme dit plus haut, c'est pas toujours subtil, mais la remise en question de l’héroïne et de ses objectifs est au final assez réussie (et le jeu assume mieux le côté tueur de Lara, c'est pas non plus la grande introspection à ce niveau mais on a plus l'impression d'avoir un personnage différent entre le gameplay et les cinématiques), même si ça va pas assez loin, le cast est plus restreint mais mieux écrit (enfin un méchant digne d'intérêt), et la mise en scène a quelques moments forts (et des faibles aussi, mais bon). En parlant de mise en scène, le jeu n'échappe pas aux séquences court-vite-putain-tout-se-casse-la-gueule, mais n'en abuse pas non plus, contrairement aux passages de taille presque-lara, trop présents, où vous devrez vous extirper d'une faille sous-marine en maintenant une touche. Ça marche pas mal, mais au bout de la cinquième fois, c'est bon.

Le rendu visuel est excellent et participe quand même pas mal au plaisir de parcourir le jeu, la jungle est luxuriante, les tombeaux mayas scintillants et détaillés, et les effets de lumière sont saisissants de jour comme de nuit. Le travail technique et artistique est impressionnant, mention spéciale à la ville principale du jeu (en revanche les animations des PNJ commencent à vieillir). Un peu plus d'audace visuelle n'aurait pas été de refus et certains effets manquent de polish, mais ça reste du détail. L'ambiance sonore n'est pas en reste, et même si le jeu n'a pas de thème identifiable, la musique accompagne toujours bien l'action (y a quelques fulgurances), et le fait d'enrichir la musique après chaque étape d'une énigme est un détail très appréciable. Les doublages français sont un peu à la ramasse, préférez leur le doublage anglais quasi impeccable.

Le jeu a pour moi duré 15 heures, mais j'ai trouvé que la moitié des tombeaux (l'exploration c'est pas mon truc), et fais qu'une partie des quêtes secondaires, pas merveilleuses, mais qui révèleront parfois des zones qui valent le détour (et parfois se résumeront à "va causer à 5 mecs"). Le jeu dispose également d'un new game plus pour donner un peu de rejouabilité, et j'ai bien envie d'y retourner ne serait-ce que pour trouver tous les tombeaux.

Si Tomb Raider n'a quasiment rien changé dans sa forme, l'expérience s'est révélée au final très différente avec un certain retrait des affrontements et la mise en valeur de ce que le jeu savait mieux faire, le tout servit avec une histoire inégale mais mieux écrite, surtout au niveau des personnages. Tout n'est pas parfait, et manque un peu de nouveautés (surtout dans la plate-forme), mais je ne regrette pas d'avoir investi dans cette saga avec laquelle j'avais un peu de mal depuis 2013, et c'est cool de voir se terminer cette trilogie sur une bonne note.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :