AccueilFilm › Annabelle : La Maison du mal - Film (2019)

Annabelle : La Maison du mal - Film (2019)

Annabelle : La Maison du mal - Film (2019)

Annabelle : La Maison du mal - Film (2019)

Film de Gary Dauberman Épouvante-Horreur et thriller 1 h 46 min 10 juillet 2019

Déterminés à mettre Annabelle hors d’état de nuire, les démonologues Ed et Lorraine Warren enferment la poupée démoniaque dans leur pièce des souvenirs, en prenant soin de la placer derrière une vitre sacrée et de solliciter la bénédiction d’un prêtre. Mais Annabelle réveille les esprits maléfiques qui l’entourent et qui s’intéressent désormais à de nouvelles victimes potentielles : Judy, la fille des Warren âgée de 10 ans, et ses amis. Une nouvelle nuit d’horreur se prépare…

Informations du fichier


Seeds : 1130
Leechs : 396
telecharger

Surtout tu ne touche à rien!

Annabelle: La maison du mal est une œuvre de Gary Dauberman qui signe ici sa première réalisation. Malgré que ce soit son premier long-métrage ce cinéaste est intimement lié à la saga Conjuring ayant écrit les spin-off Annabelle, Annabelle 2: La Création du mal, La Nonne et d'Annabelle 3 qu'il a coécrit pour l'occasion avec James Wan. Septième film du Conjuringverse il faut bien avouer que malgré quelques idées de réalisation intéressante on n'est pas passé loin de la catastrophe.

L'intrigue se passe après Conjuring premier du nom, les Warren ont pris la poupée maudite aux fameuses deux copines aides soignantes pour la ramener chez eux et l'enfermer à double tour dans l' étagère de leurs sous-sol après avoir été béni par un prêtre (Le fameux prêtre du premier Conjuring).

Ahhhh le fameux sous-sol des Warren peuplée de bon nombre d'objets possédés. Chaque fois que la caméra le parcouru dans les anciens épisodes, on ne cessait de se demander à quel démon pouvait correspondre un des artefacts. Que ce soit l'affreuse poupée du singe, l'armure féodale japonaise avec son casque cornu, les fameuses pièces de monnaies... beaucoup de mystères les englobent.

L'intelligence ainsi que le point d'intérêt de ce récit est justement de présenter les fameux démons peuplant le grenier des Warren évitant en définitive à la poupée démoniaque de s'essouffler et de se répéter dans sa structure. C'est malin.

Même si ça part d'une excellente idée il faut admettre que le scénario use de beaucoup de facilité. Ainsi on se retrouve avec la fameuse copine d'une baby-sitter faisant les pires choix possibles n'écoutant absolument pas les avertissements donnés. C'est bien entendu elle qui sera à l'origine de toutes ces catastrophes.Tout est dans la simplicité, ce n'est pas fou mais l'intérêt ainsi que le rythme sont présents.

Néanmoins un point très frustrant vient du fait que l'on pensait que les héros de l'histoire seraient Ed et Lorraine ce qui n'est pas le cas. Durant la première partie (la mieux maîtrisée selon moi) le couple Warren sont les personnages principaux jusqu'à ce qu'ils finissent par laisser leur place à leur fille Judy et la baby-sitter. Jusqu'au bout on se dit que les Warren vont finir par arriver pour les aider, mais ils n'arrivent jamais les laissant obligées de régler le problème elles-mêmes.

Niveau ambiance, design, décors et effets spéciaux c'est toujours aussi efficace. Usant habilement de son atmosphère lugubre suivie de beaucoup de péripéties diverses et variées (un des points forts du film). Cependant on se retrouve une fois de plus dans la même schématique de construction horrifique que tous les autres opus.

Un point négatif que j'avais déjà dénoncé dans ma critique du dernier film du conjuringverse à ce moment-là " La malédiction de la Dame Blanche ", dans laquelle j'explique plus profondément les problèmes avec cette mise en scène similaire dans les séquences d'horreur rendant le schéma de cette saga prévisible et sans réelles nouveautés. S'ils ne font rien pour arranger cela cet univers va sombrer, on n'est malheureusement pas loin du début de la fin. Je laisse le lien de ma critique de La malédiction de la Dame Blanche juste en dessous pour ceux que ça intéresse. https://www.senscritique.com/film/La_Malediction_de_la_Dame_blanche/critique/193115759

Les séquences d'angoisse sont nombreuses et ont la faculté d'être changeantes, diverses et distinctes grâce à ses multiples démons, même si malheureusement la mise en scène les entourant lors des différentes attaques est identique. Gros point noir avec le chapitre final qui est bien trop court et totalement bâclé. Dommage car tout ce qui se passait avant cela était très bon, je n'ai pas compris cette grosse facilité.

Parmi les démons et autres esprits malfaisants en plus de la poupée la plus terrifiante Annabelle on se retrouve face à l'esprit de l'armure du samouraï, celui directement inspiré du chien de Baskerville le fantôme du chien de la brume version loup-garou (gros what the fuck), le Passeur des enfers inspiré de Charon de la mythologie grecque avec les pièces posées sur les yeux pour passer le Styx, l'esprit du piano, celui de l'écran, même d'un jeu de société (oui oui vous avez bien entendu) ainsi que pour finir de la robe de mariée.

J'ai eu très peur lorsque cette sorte de loup-garou est arrivé heureusement c'est un minimum maîtrisé mais franchement une telle créature même si je l'adore n'a rien à faire dans l'univers de conjuring même si c'est un esprit de chien démoniaque. De plus il amène de la légèreté rendant sa pauvre victime avec un surnom à dormir debout comique dans sa fuite. Vous rêvez pas ils ont bien essayé de nous faire un peu rire, vraiment faut qu'ils arrêtent et qu'ils se reprennent parce qu'encore une fois on arrive vraiment au début de la fin.

L'esprit malfaisant le plus flippant encore plus qu'Annabelle est celui de la robe de la mariée. Je trouve assez ironique qu'elle fasse physiquement une meilleure dame blanche que la vraie dame blanche. Ces apparitions sont sans conteste les plus percutante et habile, une ignoble petite teigne. Le design du Passeur est excellent, ces séquences avec les pièces sont efficaces. Petite déception autour de l' esprit tourmenté du samouraï.

Enfin quant à Annabelle il est intéressant de la voir prendre un peu de recul laissant les autres fantômes s'en donner à cœur joie. Honnêtement après 3 films on connaît les ficelles de la poupée ce qui fait qu'elle n'est plus vraiment flippante, néanmoins l'intelligence du réalisateur a été de nous montrer beaucoup plus le véritable démon dirigeant la poupée rendant le tout plus attractif. Seulement une scène avec ce démon me dérange car elle apporte une incohérence à la saga.

Explication de l'incohérence:

Lors de l'affrontement finale lorsque le démon saisit au cou Judy il lui dévore son âme. Le problème c'est qu'une telle chose est absolument impossible! C'est bien ce que nous ont inexpliquées le couple Warren lors du tout premier conjuring. De plus dans le tout premier Annabelle il est bien précisé que c'est la victime qui doit offrir d'elle-même son âme au démon sinon il ne peut pas lui prendre. Ce n'est pas pour rien qu'il se fait chier pendant des jours et des jours à faire peur à ses victimes, c'est pour les rendre mentalement plus fragiles pour mieux les contrôler. À quoi finalement a pu servir tout ce qui s'est passé dans le premier Annabelle vu que depuis le départ il pouvait voler directement lui-même l'âme de ses victimes. Incohérence!

C'est l'excellent compositeur Joseph Bishara (connu pour son travail de composition terrifiant sur la trilogie Insidious ainsi que les deux Conjuring et Annabelle entre autres) qui s'est occupé des différentes musiques et fâcheusement il nous as fait du travail bâclé. On est loin de son travail de qualité habituel, pire monsieur se permet de nous livrer une composition pour conclure le film digne des années 80 fun dans une tendance super cool à la Stranger Thing. Très décevant!

Le casting s'en sort plutôt bien, Ed et Lorraine Warren les démonologues toujours incarné avec talents par Vera Farmiga et Patrick Wilson s'en sortent toujours aussi bien. On est réellement content de les retrouver même si ce n'est finalement que pour une moitié de film, vivement le Conjuring 3.

La jeune McKenna Grace dans le rôle de Judy Warren fais des merveilles, une belle petite surprise. Madison Iseman incarne une baby-sitter attachante loin d'être stupide. Katie Sarife la pote faisant tous les mauvais choix possibles est finalement loin d'être caricatural, on arrive à comprendre pourquoi elle en arrive à faire tout cela. Elle est touchante et courageuse. Le comédien Michael Cimino est le porteur de légèreté et d'humour qui n'a pour moi pas sa place dans cette saga.

Tous ensemble ces jeunes comédiens amènent une touche teenage au Conjuringverse. Annabelle 2 était tenue également par des jeunes très jeunes héroïnes mais sa substance rester celle d'un film d'horreur pour adultes là où clairement ce long métrage s'adresse à un public adolescent.

CONCLUSION:

Annabelle: La Maison du mal est un film qui titube agréable à regarder démontrant clairement les limites de cet univers. On passe malgré tout de bon moments devant ce spectacle horrifique mettant en avant plusieurs démons dont on se régale d'admirer. Pas le plus effrayant ni le mieux réalisé de la saga néanmoins le spectacle reste intéressant même si quelques fautes de goût évidentes sont à déplorer. J'aime beaucoup le Conjuringverse, c'est pourquoi j'espère réellement que l'équipe va se rattraper avec les prochains films sinon ils vont aller droit dans le mur et ce serait dommage.

Un film s'adressant avant tout aux fans de la saga duquel on ressort un minimum ravi même si on reste sur sa fin.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :