AccueilFilm › The Whisperer in Darkness - Film (2012)

The Whisperer in Darkness - Film (2012)

The Whisperer in Darkness - Film (2012)

The Whisperer in Darkness - Film (2012)

Film de Sean Branney Fantastique 1 h 43 min 27 octobre 2012

Après avoir perdu un débat féroce avec un spécialiste de l'occulte, le professeur de l'Université Miskatonic Albert Wilmarth exprime une vive curiosité envers des documents envoyés par un fermier du Vermont convaincu de l'arrivée de mystérieuses créatures dans sa ville. Il a photographié des traces de sabots localisées près de chez lui et il a peur. Immensément peur. Professeur Wilmarth saute dans le premier train pour le Vermont et ainsi débute une enquête qui le plongera au cœur d'une terrifiante conspiration. Une conspiration qui n'est assurément pas de ce monde. L'heure des Grands Anciens approche.

Informations du fichier


Seeds : 777
Leechs : 272
telecharger

Franchement sympathique cette petite série B. Je craignais une belle daube même pas marrante mais y a vraiment des qualités, des vraies de vraies, dans ce film.

Le scénario d'abord. J'ignore si c'est fidèle à l’œuvre de Lovecraft, puisque je n'ai jamais lu cet auteur (il faudrait) ; en tous cas ça tient assez bien la route : on a là une chouette aventure, avec un culte, des monstres, des scientifiques héroïques. C'est parfois cruel comme il faut (avec la mort inattendue d'un personnage, je ne dirai pas de qui il s'agit), la petite fin est sympa aussi. Il y a tout de même quelques longueurs, quelques dialogues qui auraient pu être raccourcis facilement. Mais pour le reste, les personnages sont bien écrits, les évènements s'enchaînent bien et l'action est suffisamment présente pour qu'on ne s'ennuie pas.

La mise en scène est un bel hommage aux vieilles séries B des années 60. Et pourtant, le réalisateur parvient à faire la part de choses : si le découpage est souvent plat comme c'était de mise, avec des acteurs qui surjouent un peu, il reste tout de même un réactualisation de cette grammaire. Le montage est un rien plus rythmé (mais ça reste mou quand même) et puis l'auteur utilise des CGI. Ces effets sont moins convaincants dans un premier temps (les créatures qui marchent, c'est bof), puis ça va mieux (quand elles volent c'est mieux et ça justifie le fait que ce ne soit pas des gens déguisés ou des animatroniques). Globalement ça passe quand même grâce au noir et blanc. Les acteurs surjouent donc, mais ça n'empêche pas d'avoir de beaux moments, comme lorsque la fillette aperçoit les choses arriver en hors champ. Puis le héros a une bonne tête. Le design des monstres est assez cool. Le costume du chef du culte est bien rigolo comme il faut. La musique fonctionne bien.

Bref, une série B un peu molle par moment mais qui reste foutrement plaisante à découvrir ; j'ai vraiment retrouvé l'esprit de ces productions cheap des années 60, et ça, ça fait du bien (du coup je garde le 6 de mise pour ce genre de production).

Ces fichiers peuvent vous intéresser :